Bertrand DJOSSOU notre prêtre

le . Publié dans Actualités

  

Né au BENIN en 1976, Bertrand DJOSSOU fait partie de ces jeunes prêtres africains qui contribuent à assurer la continuité de la  présence de l’église de ROME, dans une Europe chrétienne en pleine crise de spiritualité. Un parcours on ne peut plus classique pour ce jeune prêtre, le grand séminaire de OUIDAH en 1998, cinq années d’exercice de son ministère au BENIN, puis ROME pour des études supérieures en droit canonique.

ROME, lieu d’études et de rencontre pour la communauté catholique, où il fit la connaissance de monseigneur de GERMAY, alors évêque d’Ajaccio, qui le convaincra de rejoindre l’île de Beauté. Ce sera d’abord la prestigieuse église Saint Jean à BASTIA en 2014 où il restera une année en qualité de vicaire, puis il sera nommé curé de la paroisse de BIGUGLIA.

En 2020, l’évêque dont il dépend au BENIN, ne veut pas plus longtemps se priver de ses compétences et décide de lui confier un enseignement au grand séminaire du diocèse.

Mais une difficulté est venue contrarier son départ. Le père LUC, qui devait remplacer père RICHARD, ne peut pas obtenir de titre de séjour, les fameux sésames étant suspendus par la France pour cause de pandémie. Il est alors convenu que jusqu’à l’arrivée du Père LUC, Père BERTRAND assurera l’intérim de l’ensemble inter-paroissial ALESANI-CERVIONE-MORIANI, en qualité de vicaire, avec un contrat de remplacement.

On dit que Père BERTRAND se plait dans sa nouvelle affectation où il a reçu le meilleur accueil et que ses paroissiens voient en lui ce titulaire tant attendu, y appréciant un état d’esprit fait de paix et de simplicité. Une simplicité qui inspire sa tradition de la parole divine, qu’il rend de la sorte accessible à tous, sans rien enlever à la profondeur du message qu'il délivre.

Dans la relation individuelle, on découvre un homme à la fois proche et respectueux, par l’attention qu’il porte à chacun. A l’occasion, une pointe d’humour de bon aloi vient conforter ce sentiment de simplicité, sachant manier à ravir l’autodérision.

En quelques mois, sa présence nous est devenue familière et plus encore pour i cerviuninchi qui le voient jogger sur les routes et chemins de la commune, sous le regard bienveillant  de la statue d’Alexandre SAULI, Saint patron de la ville de Cervione, qui de toute évidence l’a déjà adopté.

Alors, Père BERTRAND curé titulaire de l’ensemble inter-paroissial ALESANI-CERVIONE-MORIANI ?

 Nul ne le sait. L’évêque du diocèse auquel notre prêtre est incardiné* au BENIN, a certainement aussi son mot à dire.

*Juridiquement rattaché.