Ode de Dominique CAMPANA au pays retrouvé*

le . Publié dans Actualités

 


Apercevant comme dans un songe les côtes du Cap Corse, sur le bateau qui le ramenait au pays, après un séjour de cinq longues années en centre pénitentiaire, Dominique Campana, dit Campanellu, devait trouver dans l’émotion intense qui s’emparait de lui,  l’inspiration pour une merveilleuse et émouvante  chanson, qui viendra s’ajouter à son riche répertoire, qui fait désormais partie du patrimoine culturel de notre village.

Au-delà du trouble profond ressenti jusqu’au paroxysme de l’irréel, cette chanson exprime aussi la sérénité d’un brave forgeron, un de ces hommes simples et vertueux qui peuplaient nos villages, qui payera du prix de son bien le plus précieux, sa liberté, la paix de son âme.

Nous étions dans l’entre-deux guerres, un monde où le spirituel l’emportait encore sur le temporel, le concept valeur sur l’idolâtrie, le droit naturel  sur la loi ; un monde que l’on a du mal à imaginer aujourd’hui et qui pouvait conduire un honnête et modeste travailleur, poète et chanteur à ses heures, jusqu’à l’infamie de la prison, simplement pour s’être trouvé « au mauvais endroit au mauvais moment ».

Un honnête et modeste travailleur, qui trouvera  encore en lui les ressources de la rédemption, "pour un crime qu’il n’a pas commis", et celles de la miséricorde, envers ceux qui lui infligèrent son martyre.

http://marc-giorgi.e-monsite.com/pages/ecrivains-et-poetes/dominique-campana/mi-par-di-sognare.html

Mi Par di Sognare, paroles et musique de Dominique Campana, interprétation Marc Giorgi (cliquer sur le lien ci-dessus)

 

 

François, un de ses fils devant la forge

 

Mi Par’ di sognare

Mi par’ di sognare

Sò in altu mare

Di poi un momentu

Un’ sò più galera

Navigu sta sera

Sopra à un bastimentu

U mare è beatu

U celu è stellatu

Eu sò scatinatu

Libero vò

In questa nottata

In terra beata

O Corsica amata

Duve natu sò

Longu à la costa marina

Vegu arrivà

Una terra s’avvicina

Qualsa serà ?

Ma un’ mi n’era ancu accorsu

E lu scuprì

A punta di u Capicorsu

Vegu apparì

A luna e le stelle

S’uniscenu anch’elle

In la mia allegrezza

E pesce serene

Cantanu e sò piene

Da la cuntentezza

Cinqu’anni hò passatu

In tomba serratu

Martire sò statu

Senza raggiò

Ma oghje hò finitu

Sono rivinvitu

Un sò più banditu

Nè più in priggiò

O chi sole radiosu

Vegu spuntà

Mi mostra vittoriosu

Una città

U vapore fischjia, arriva

Per accostà

Simu in portu di Bastia

Pronti à sbarcà

U vapore fischjia, arriva

Per accostà

Simu in portu di Bastia

Pronti à sbarcà

http://marc-giorgi.e-monsite.com/pages/ecrivains-et-poetes/dominique-campana/mi-par-di-sognare.html