Un recueil en hommage à Olive Tagliazucchi

le . Publié dans Actualités

 

 Le Père Olive à Saint Jean / © FTViastella

 Photo Via Stella

C’est le Conseil de l’ensemble paroissial Alesani-Cervioni- Moriani, qui a pris l’initiative d’un hommage au père Olive Tagliazucchi, qui a exercé son ministère dans les pièves de l’Alesani, de Campoloro et de Verde, de 2002 à 2011.

Un recueil, qui en 58 pages retrace sa vie de prêtre, en Corse du sud de 1967 à 1978, en qualité d’aumônier militaire de 1978 à 2000, puis en Castagniccia, après deux années à l’université de Corte.

Né en 1942, ce sera une carrière somme toute classique pour un Corse de sa génération, avec un temps fort, l’accompagnement des troupes combattantes sur différents théâtres d’opérations, sur lesquels le pays sera impliqué. Une carrière militaire qui lui valut nombre de décorations et en particulier la légion d’honneur, jusqu’au grade d’officier, qu’il arborera avec une certaine fierté.

Sans explication rationnelle, cet enfant de Novale peu connu du grand public, qui avait quitté son village à l’âge de 10 ans pour rejoindre le petit séminaire, allait très vite inspirer, lorsqu’il y reviendra un demi-siècle plus tard, au-delà même de la représentation religieuse, un respect empreint d’une profonde affection.

Un charisme d’une grande élévation, qui faisait qu’il était révéré par toute une population, comme peut-être peu ne le furent avant lui, aussi loin que l’on remonte dans nos mémoires.

C’était toujours un instant d’immense bonheur que de converser avec cet homme simple, humaniste et bienveillant et dont on disait qu’un geste, une expression ou un mot le plus souvent en langue Corse, suffisait pour ceux qui s’en ouvraient à lui, à atténuer des blessures de la vie.

Tout le monde aimait Père Olive, on s’était habitué à lui dans les pièves de la Corse profonde où il exercera 9 années durant, jusqu’à faire naturellement partie de la vie de chacun, que l’on soit croyant ou non.

Son départ pour Bastia en 2011, fut un véritable traumatisme pour les populations mais certainement pour lui aussi. On s’apercevra très vite en effet qu’il avait eu besoin de nous autant que nous de lui ; ne dit-on pas qu’il ne s’était jamais vraiment adapté à sa nouvelle paroisse ? Il avait confié à Sandrine Casabianca, véritable égérie du couvent : «  Si u Vescu crede chi aghju da piglia à mio ritirata in Bastia, si sbaglia »

Oui, un véritable choc, dont il semble que ses paroissiens ne se soient toujours pas remis non plus et la référence à Père Olive, omniprésente, n’a certainement pas facilité la tâche de ses successeurs.

Un recueil pour lui rendre hommage, un ouvrage à son image, sans prétention, de nombreuses photos, des témoignages, qui suscitent l’émotion et que tous ceux qui connurent fratucciu Ulivu apprécieront à sa juste valeur.

Un hommage qui a le mérite d’exister et dont il convient de saluer les initiateurs, en particulier le père Richard,  actuel gardien du couvent, un premier pas, qui devrait permettre d’ouvrir la voie à une étude plus approfondie.

On peut en effet se demander si un personnage qui a su acquérir une telle dimension en quelques années, ne mériterait pas que lui soit consacrée une véritable biographie, mettant en lumière son aura et l’expliquant. Peut-être une idée de thèse pour l’université de Corte.

 Il peut être passé commande du livret à l’association diocésaine du couvent d’Alesani, au profit de qui iront les bénéfices de la vente.    

Fête de la nativité 2018 au couvent d'Alesani

le . Publié dans Actualités

 

 

A pied, par petits groupes, en voitures individuelles et même à bicyclette (électrique), les piétrolais ont cette année encore respecté la tradition, en se rendant au couvent d’Alesani, fêter la naissance de la Vierge Marie.

Piété, occasion d’une performance pédestre, pique-nique ; à moins que ce soit  tout cela à la fois, peu importe « Dieu reconnaîtra les siens ».

Mais au-delà de la motivation des pèlerins, c’est la performance de ceux qui ont en charge la mise en œuvre d’une opération de cette importance qui doit-être soulignée.

Performance liturgique certes, celle d’une neuvaine, toujours lourde à assumer, avec au final le jour du 8 septembre, la messe de 9 heures, la grand-messe de 11 heures et la procession de l’après-midi, célébrées et dirigées par le père Richard curé de la paroisse et gardien du couvent, qui sera assisté pour l’occasion par Charly Marcelli, laïc engagé depuis de nombreuses années au service de l’église et figure bien connue de la Corse catholique.

Et puis, performance aussi pour ce qui paraît être devenu la routine après tant d’années et qui constitue toujours pourtant une prouesse, tant organisationnelle que de gestion d’une opération d’envergure, avec notamment validation et mise en place des forains sur tout le site, forains sans lesquels il n’y a pas de fête ; prise en charge de la vierge à la cerise, escortée par la force publique et la protection une journée durant de ce tableau d’une valeur inestimable ; assistance du groupe de chanteurs, constitué ad hoc par des habitants des villages et dont l’on doit souligner le professionnalisme et le talent ; bref, assurer les mille et un petits ou gros problèmes qui ponctuent la neuvaine, les célébrations, les animations...

Une mise en œuvre assurée par une équipe, sous l’autorité vigilante et conviviale du maire de Piazzali, Marc Tarfuffo, avec à ses côtés Sandrine Casabianca qui veille sur le couvent tout au long de l’année, à qui rien n’échappe, tout étant réglé dans le moindre détail, pour que la fête se déroule sans le moindre « bug », afin de générer chaque année le « miracle » qui fera de Piazzali, l’espace d’une neuvaine, la plus peuplée des communes de l’Alesani.

 

Tradition religieuse, mais aussi tradition sociétale, avec Paul Santucci, que l’ami qui l’accompagne présente comme « l’homme le plus photographié de Corse », peut-être même le plus célèbre de la Corse profonde et certainement l’un des tous derniers à porter le costume traditionnel, pour l’avoir porté sa vie durant. Un personnage d’autrefois, qui émerveille les jeunes et qui replonge les anciens, avec nostalgie, dans la Corse de leur enfance.

La fête de la nativité s’achève par la procession, derrière la vierge à la cerise, temps fort de la neuvaine.

« A l’année prochaine » semblent dire au père Richard de belles élégantes qui ont égayé le tableau de la fête, d’une touche de couleur inattendue et attrayante.

Orages de pluie et de grêle sur Pietra

le . Publié dans Actualités

 

Ce jeudi 6 septembre en début d’après-midi, des orages de pluie et de grêle se sont abattus sur le village à grands coups de tonnerre, l’eau envahissant les fossés et la chaussée. Deux heures de bonne pluie, puis  tout est rentré dans l’ordre.

Prudence sur la RD17 avant Chiatra en partant de Pietra, d’importantes coulées de boues ont envahi la chaussée en deux endroits.

Déchets ménagers : communiqué de la Communauté de communes de l'Oriente

le . Publié dans Actualités

 

 

« Chers administrés, la crise des déchets se poursuit. Une solution provisoire a été trouvée, mais elle est limitée dans le temps.

 

La seule solution est d’améliorer le geste de tri.

« Nous vous rappelons qu’avec l’extension des consignes de tri, tous les emballages se trient. Pour plus d’information rendez-vous sur htps://www.syvadec.fr)

« Les papiers les verres et les cartons sont également collectés. Des bennes sont à votre disposition à la déchetterie d’Aléria (ancienne cave Depeille, sortie nord d’Aléria, sur RDV 0495579763)

-Une benne carton,

-Une benne ferraille,

-Une benne tout-venant,

-Une benne électroménager.

 

La priorité est cependant à donner aux bio-déchets

 « Les biodéchets sont tous les restes tels que les restes de repas, les épluchures de fruits et légumes, en somme tous les déchets alimentaires qui provoquent les nuisances les plus importantes.

 « Afin de les évacuer, plusieurs solutions sont à votre disposition :

 -Retirer gratuitement un composteur ches Kallisté bois (route d’Antisanti à côté de Corstyrène).

-Jeter les bio-déchets dans votre jardin, ou le jardin d’un voisin.

-Donner les restes de repas à vos animaux ou à ceux de vos voisins (poules, chiens, chats.)

 « Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter au 04 95 57 97 63 »

Newsletter

Votre mail

Mots-clés